Championnats du monde d'athlétisme de Daegu : Suspense et rebondissements au rendez-vous !

Publié le par Demi-fondu74,

Il paraît que toutes les bonnes choses ont une fin… Les championnats du monde d’athlétisme de Daegu, qui se sont clôturés ce dimanche, ont offert un très bon cru en termes de suspense et de performances pures ! La fin d’une semaine de surprises et d’émotions marquée par le détonant faux-départ de « la Foudre » Usain Bolt, qui restera surement comme l’image forte de ces championnats. L’occasion de revenir sur dix points forts de cette cuvée coréenne.


10 – Le Kenya avait commencé cette semaine coréenne de la plus belle des manières grâce à deux triplés sur le 10 000 mètres et le marathon. C’est bien simple, au soir de la première journée le Kenya menait 6 à 0 face au reste du monde ! La domination de ce pays de la Vallée du Rift a même été totale sur le fond féminin grâce à la victoire sur le 5 000 mètres de Vivian Cheruiyot, qui remporte sa seconde médaille d’or à Daegu après sa victoire sur le 10 000 mètres. Edna Kiplagat, sur le marathon, remportait la première des 17 médailles récoltées par le Kenya pendant ces championnats !

 

9 – Le 800 mètres est une course ou la moindre erreur tactique peut se payer cash ! Ce n’est pas Abubaker Kaki, qualifié in-extremis pour la finale, qui nous dira le contraire. Le Soudanais parti en tête sur le double tour de piste imprimait un rythme de folie (50’’19 au 400 mètres) lors de sa demi-finale. Puis Kaki commença à se désunir dans la dernière ligne droite et se qualifia de justesse en terminant à la troisième place. David Rudisha, fort de ses deux victoires en série et en demi-finales, décida lui aussi de partir en tête de course. En 23’’81 au premier 200 mètres, le Kenyan ne commet pas la même erreur que le Soudanais et relâche son effort pour amener le peloton en 51’’33 à la cloche. David Rudisha, recordman du monde de la distance, semble s’envoler vers son premier titre mondial ! Mais à 200 mètres de l’arrivée, rien n’est encore joué. D’autant plus que le Russe Yuriy Borzakovskiy, au finish terrifiant, est en embuscade ! Mais David Rudisha est un cran au dessus et la « Fierté de l’Afrique » fait parler sa pointe de vitesse. Le Kenyan l’emporte aisément en 1’43’’91, cinq dixièmes devant son grand rival Abubaker Kaki ! Premier titre mondial pour cet immense champion, digne successeur du Danois Wilson Kipketer !

 

Daegu 2011 - 800m - David Rudisha - Abubaker Kaki - Yuriy B 

 

8 - La hauteur femme a été le théâtre d’une élégante finale. La Croate Blanka Vlašić et la Russe Anna Chicherova n’ont eu de cesse de se répondre et ont toutes deux passé la barre de 2,03m. Malgré une année rendue difficile par quelques problèmes physiques, Blanka Vlašić en redoutable compétitrice a bien failli passer à 2,05m. C’est finalement la Russe qui l’emporte grâce à la réussite au premier essai de toutes les barres précédentes. Cette victoire était prévisible dans la mesure où Chicherova avait franchit 2,07m cette saison. La Croate était arrivée à Daegu avec un record de la saison stagnant à 2 mètres, hauteur qui semblait n’être qu’une formalité pour elle les années précédentes. Son concours en finale ici à Daegu représente même son centième concours au dessus des 2 mètres ! A titre de comparaison la Bulgare Stefka Kostadinova, recordwoman du monde avec un saut à 2,09m, a connu 129 concours au-delà des 2 mètres…
Espérons que la Croate retrouve son meilleur niveau (2,08m) l’année prochaine pour les Jeux Olympiques, seul titre qui manque encore à son palmarès…

 

Daegu 2011 - Hauteur - Blanka Vlasic

 

7Ces championnats de Daegu devaient être le grand retour de Kenenisa Bekele, la légende éthiopienne du fond détenteur de 23 médailles mondiales sur piste et en cross-country ! Mais Kenenisa Bekele, gêné depuis deux ans par les blessures à répétition, a été contrait de baisser pavillon au sixième kilomètre du 10 000 mètres, distance sur laquelle il ne s’était jamais incliné en douze courses ! Quelle peine que de voir cet immense champion assister impuissant à la fin de cette finale. Mais son compatriote Ibrahim Jeylan lui réserve une belle surprise... L’Anglais Mo Farah, grandissime favoris de l’épreuve, attaque de loin à deux tours de l’arrivée. Tout de suite Farah creuse l’écart et les deux Ethiopiens partis à sa chasse semblent impuissants. Ibrahim Jeylan revient néanmoins très fort dans la dernière ligne droite ! L’Ethiopien se paye le luxe de coiffer l’Anglais dans les vingt derniers mètres. Cruel épilogue pour l’Anglais mais Mo Farah promet sa revanche sur le 5 000 mètres ! Cette fois-ci l’Anglais attend patiemment son tour et la course ne s’emballe pas avant la cloche. Stratégie payante pour Mo Farah qui l’emporte devant Bernard Lagat !

 

6Oscar Pistorius, triple champion paralympique, a réalisé un authentique exploit en série du 400 mètres. Le Sud-Africain est devenu le premier athlète handisport à franchir un premier tour d’un championnat mondial. Troisième de sa série en 45’’39, il échoue aux portes de la finale en terminant dernier de sa demi-finale. Quelques jours plus tard, on le retrouve au départ des séries du 4x400 mètres avec son équipe nationale. Exténué par ses trois courses, « Blade Runner » laissera sa place pour la finale. Son équipe lui offre un beau cadeau en finissant en seconde position. Oscar Pistorius, magnifique porte-drapeau de la cause du handicap, obtient donc une médaille d’argent. Dommage que l’on ne l’ait pas laissé monter sur le podium ! Pour en revenir au 400 mètres individuel, le tout jeune Grenadien Kirani James coiffe sur le fil l’Américain LaShawn Merritt, tout juste revenu d’une suspension pour dopage. Le Grenadien est le neuvième athlète à devenir champion du monde cadet, junior puis sénior ! Le début d’une longue carrière pour le sprinteur antillais ?

 

Daegu 2011 - 400m - Oscar Pistorius - Blade Runner

 

5Le concours du javelot femme a tenu toutes ses promesses ! Dès le début de l’épreuve, la recordwoman du monde et championne olympique en titre, Barbora Špotáková, a tenu à imprimer un rythme d’enfer au concours en lançant à 68m80 ! La réponse de la Russe Maria Abakumova ne s’est pas fait tarder. Elle lance son engin à 71m25 au deuxième essai ! On croit que le concours est plié mais la Tchèque Špotáková réplique au cinquième essai à 71m58 et récupère la tête du concours ! Son splendide jet aura finalement servi de détonateur à la Russe Abakumova. Elle réplique quelques secondes après. Son javelot frôle la ligne des 72 mètres et atteint 71m99 ! Seule Špotáková avait déjà lancé aussi loin, un jour de septembre 2008 (72m28)... La Tchèque est elle capable de riposter dans ce concours complètement fou ? Et bien non, Maria Abakumova ramène l’or à son pays dans un concours digne des plus grands duels de l’histoire tel un Carl Lewis – Mike Powell un soir d’été 1991, non loin de là à Tokyo.

 

4 - Après le forfait du Français Teddy Tamgho on craignait d’assister à un concours de triple saut sans suspense tant Phillips Idowu était devenu le grand favoris de l’épreuve. Le Britannique, toujours présent dans les grands rendez-vous, avait fort bien commencé la finale avec un triple saut mesuré à 17,56m. Mais au quatrième essai, Christian Taylor explose aux yeux du monde. Il retombe à 17,96m ! Il s’en est fallu de peu pour que Taylor devienne le troisième homme au-delà des 18 mètres. Le jeune Américain de 21 ans améliore son record personnel de 28 centimètres et semble bien parti pour redevenir champion du monde après son titre cadet à Ostrava en 2007 (15,98m)... Idowu tente bien de réagir mais ne peut faire mieux que 17,77m. A 20 ans, l’Américain Will Claye s’empare de la médaille de bronze grâce à un triple saut à 17,50m. A noter la huitième place du Français Benjamin Compaoré. Les deux jeunes américains, ainsi que Teddy Tamgho, 22 ans, représentent l’avenir de la discipline.


Plus globalement, les Etats-Unis ont dominé les épreuves de sauts masculines avec des victoires au saut en hauteur (Jesse Williams, 2,35m), au saut en longueur (Dwight Phillips, 8,45m et devient quadruple champion du monde) et donc au triple saut (Christian Taylor, 17,96m).

 


3 - Allyson Felix rêvait de rejoindre ses compatriotes et légendes Carl Lewis et Michael Johnson en terme de médailles d’or glanées en championnats du monde, huit exactement. Il fallait pour cela rajouter deux médailles d’or à son escarcelle. Allyson Felix était consciente au début des championnats que réussir le doublé 200 – 400 mètres allait être très difficile, mais quel challenge excitant ! Sur le 400 mètres, le suspense est entier à l’entrée de la dernière ligne droite. Allyson Felix et la Botswanaise Amantle Montsho sont au coude à coude ! Les deux athlètes vont au bout d’elles-mêmes… Amantle Montsho l’emporte sur le fil en 49’’56 contre 49’’59 pour l’Américaine ! Records personnels améliorés pour toutes les deux.


Sur le 200 mètres, Allyson Felix reste sur trois titres mondiaux consécutifs. Mais la Jamaïquaine Veronica Campbell l’emporte en 22’’22 devant Carmelita Jeter. Allyson Felix, seulement 25 ans, monte sur la troisième marche du podium. Elle doit alors s’en remettre aux relais pour rejoindre Carl Lewis et Michael Johnson dans l’Histoire. Sur le relais 4x400m, les Etats-Unis sont largement en tête au début du dernier relai mais cette avance fond dans la dernière ligne droite. Cela reste néanmoins suffisant pour l’emporter (3’18’’09) et être à l’abri des Jamaïquaines (3’18’’71) et des Russes. Le 4x100m se résume de nouveau à une bataille USA-Jamaïque. Le duel tourne de nouveau à l’avantage des Américaines, en 41’’56 contre 41’’70.

 

Cette fois-ci c’est fait, Allyson Felix égale parfaitement Carl Lewis avec 8 médailles d’or, 1 d’argent et 1 de bronze ! C’est même légèrement mieux que Michael Johnson, au même profil 200-400m, vainqueur de 8 médailles d’or uniquement…

 

Daegu 2011 - relais 4x400m - Allyson Felix - Sanya Richards

 

2 – En 10 haies, l’Australienne Sally Pearson a du émerveiller des millions de personnes tellement la démonstration qu’elle nous a accordé lors de la finale du 100 mètres haies était belle ! Déjà en demi-finale, l’Australienne avait frappé un grand coup : 12’’36, record personnel amélioré de douze centièmes. En finale, dès le départ, l’Australienne se détache aisément. La facilité avec laquelle elle franchit les haies de 84 centimètres dressées devant elle est tout simplement déconcertante ! Sally Pearson coupe la ligne en 12’’28 à sept centièmes du record mondiale de la Bulgare Yordanka Donkova (12’’21). Aucune athlète n’avait couru aussi vite depuis 19 ans ! Ces 12’’28 resteront surement comme la performance majeure de ces championnats.


Toujours sur les haies hautes, chez les hommes cette fois-ci, le champion du monde a été désigné sur tapis vert. Le Cubain Dayron Robles, recordman du monde sur la distance, a franchit la ligne le premier. Mais, incident relativement fréquent, le Cubain a touché le Chinois Liu Xiang à la neuvième et dixième haies. La sanction est cruelle, Dayron Robles est disqualifié ! L’Américain Jason Richardson, arrivé second, est par conséquent désigné champion du monde du 110 mètres haies.

 

Daegu 2011 - Usain Bolt - Christope Lemaitre

 

1En sprint, on a assisté à un scénario à rebondissements, ponctué de mélodrames et d’une fin en apothéose. Sur le 100 mètres, le coup de tonnerre provoqué par le faux-départ de « la Foudre » Usain Bolt a fait vaciller le monde entier y compris ses adversaires ! Seul son compatriote Yohan Blake vainqueur en 9’’92, malgré un vent de face de 1,4m/s, aura su faire abstraction de l’évènement ! L’Américain Walter Dix franchit la ligne en seconde position dans le modeste chrono de 10’’ 08 devant l’expérimenté Kim Collins (10’’09), champion du monde à Paris en 2003. Côté Français, le sprinteur Aixois Christophe Lemaitre termine à une honnête quatrième place. Pour la première fois de l’histoire, deux français étaient au départ d’une finale mondiale sur 100 mètres grâce à la présence du junior Jimmy Vicaut, sixième. Usain Bolt, Walter Dix et Christophe Lemaitre ont néanmoins le droit à une chance supplémentaire pour monter sur la plus haute marche du podium à Daegu : ils sont tous les trois en finale du 200 mètres.


Toute la France n’a d’yeux que pour son poulain Christophe Lemaitre, nouveau leader de l’athlétisme tricolore… Et quelle finale ! Usain Bolt, bien décidé à prendre sa revanche, s’envole vers le titre et boucle son demi-tour de piste en 19’’40, quatrième chrono de l’histoire ! Walter Dix se fait de nouveau voler la vedette par un Jamaïcain et remporte sa deuxième médaille d’argent ici à Daegu, dans le chrono de 19’’70. Christophe Lemaitre effectue quant à lui une excellente course et revient comme un boulet de canon dans la dernière ligne droite. Il remporte la médaille de bronze en… 19’’80 ! Record de France pulvérisé de trente-six centièmes, excusez du peu !

 

Il aura fallu attendre la dernière épreuve pour voir un record du monde établit dans le stade de Daegu ! Le relais 4x100 mètres est toujours une épreuve très attendue en championnats et aurait pu permettre aux Etats-Unis de remporter son premier titre en sprint masculin à Daegu. La Jamaïque n’aura cependant laissé aucune chance au reste du monde. Très bien lancée par Nesta Carter, la fusée jamaïcaine est en route pour l’espace, pour un nouveau record ! Le deuxième étage de la fusée, Michael Frater, assure une très bonne propulsion… L’engin spatial entre dans la stratosphère avec Yohan Blake et se met en orbite avec le quatrième étage de la fusée en la personne d’Usain Bolt ! Temps de suspension dans le stade… 37’’04… est bien un nouveau record du monde ! Les 37’’10 de la mission Berlin’09 sont renvoyés au fin fond de la Voie Lactée.

 

Moins de chance en revanche pour la NASA américaine. Elle n’avait pas prévu sur son passage le passage de la météorite anglaise Harry Aikines-Aryeetey sur sa trajectoire ! A la sortie de la stratosphère, le troisième étage de la fusée américaine connait quelques soucis de trajectoire ! Cette petite erreur de calcul entraîne l’explosion de la fusée en plein vol ! Le risque zéro en relais n’existe pas... L’agence spatiale française, dans la course à la médaille, a elle parfaitement rempli son objectif en arrivant en seconde position, avec près d’une année lumière de retard sur son homologue jamaïcain, ou plutôt à plus d’une seconde de retard. De très bon augure pour la prochaine mission : Objectif Londres ! Le compte à rebours a commencé...


Daegu 2011 - relais 4x100m - Usain Bolt - Yohan Blake - chu

Publié dans Daegu 2011

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article