Championnats d'Europe d'athlétisme 2010 - 3ème volet consacré à Barcelone : l'architecture dans la ville

Publié le par Demi-fondu74,

Le visage actuel de Barcelone est le fruit de multiples influences. La légende attribue la création de Barcelone au général carthaginois Hamilcar Barça (père du légendaire Hannibal) au 3ème siècle avant J-C, mais aucune preuve ne l'atteste formellement. Il est néanmoins certain qu'une colonie romaine, sous la forme d'un camp militaire, fut crée par l'empereur romain Auguste, il y a un peu plus de 2000 ans.

Barcelone a un patrimoine artistique particulièrement riche et varié, grâce essentiellement à deux périodes fastes où l'on a vu une frénésie architecturale et décorative s'emparer de la ville. Il s'agit du XIVème siècle avec l'art gothique, notamment présent dans le Barri Gòtic (quartier gothique en catalan), et la fin du XIXème siècle avec la folie moderniste.

Le Barri Gòtic est le centre civique et religieux de la ville. Son origine remonte à l'empire romain bien qu'il ne reste que peu de vestiges de cette époque. Entre le XIIIème et le XIVème siècle, Barcelone connait un essor économique très important, ce qui se reflète dans l'architecture avec de nouvelles méthodes de construction plus ambitieuses. Le gothique, en provenance de France, s'étend alors à l'Europe entière et notamment à Barcelone. Les ingénieurs voient les choses en grand et les églises semblent se rapprocher du ciel. C'est ainsi qu'à Barcelone, on peut admirer la Catedral de la Santa Creu i Santa Eulàlia (dont la construction a nécessité un siècle et demi, et ci-dessous en photo) et les églises Santa Maria del Mar et del Pi qui datent toutes les trois du XIVème siècle. Le quartier Barri Gòtic a toujours été le centre politique de Barcelone puisque la plaça del Rei était le siège du gouvernement royal, et aujourd'hui le Palau de la Generalitat accueille le gouvernement autonome de Catalogne ainsi que son président.


Catedral de la Santa Creu i Santa Eulàlia


Le modernisme a redonné un coup de jeune à la ville catalane au XIXème siècle. En pleine révolution industrielle, Barcelone (comme les principales villes européennes) devait accueillir un nouveau flux de population. Il fallait donc organiser l'urbanisation de la ville. C'est pourquoi, à partir de 1859, un nouveau quartier de Barcelone se crée : l'Eixample, qui signifie extension en catalan. L'ingénieur Ildefons Cerdà avait décidé de quadriller la ville par un système de routes perpendiculaires (avec des îlots de 113 mètres par 113 mètres), afin de désengorger le centre-ville et d'améliorer les conditions d'hygiène. On reconnait d'ailleurs très bien cette nouvelle organisation sur un plan aérien de la ville. Au final, Cerdà souhaitait multiplier la surface du centre ville de 1850 par dix. C'est ainsi que la Sagrada Familia, dont on vous reparlera un peu plus bas, à l'origine en plein champs, se retrouvait noyée par les nouvelles habitations. C'est dans ce quartier que le modernisme s'est principalement développé, puisque les familles riches faisait appel à des architectes de renom pour construire leur maison (la Casa Battló fut par exemple errigé pour l'industriel Josep Battló).

 

plan eixample barcelone


 

 

La principale figure du modernisme catalan (qui s'inscrit dans la tendance de l'Art Nouveau en Europe) est Antoni Gaudí (1852-1926), qui a laissé une trace indélébile à la ville puisque pas moins de sept de ces oeuvres sont classées au patrimoine mondial de l'UNESCO : le Parc Güell, le Palais Güell, la Casa Milà, la Casa Vicens, la façade de la Nativité et la crypte de la Sagrada Família, la Casa Batlló et la Crypte de la Colonia Güell (cette dernière est situé à la périphérie de Barcelone). Un autre architecte a également beaucoup œuvré pour la ville, il s'agit de Lluís Domènech i Montaner (1850-1923) dont ses œuvres, le Palau de la Música Catalana et l'Hospital de Sant Pau, sont également classées au patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'œuvre de Gaudí fut essentiellement influencé par la nature, ce qui se retrouve dans la taille arrondie des pierres de ses monuments ainsi que dans les formes organiques de ses décorations dans le fer forgé (fleurs, arbres, animaux). Gaudí n'hésitait pas à utiliser la céramique, disposé en mosaïque, pour décorer ses œuvres. Ces mosaïques sont d'ailleurs omniprésentes dans le célèbre Parc Güell (du nom d'un riche industriel catalan, mécène et ami de l'architecte). Pour Gaudí, la couleur était une composante indispensable : « pour qu'une œuvre architecturale soit belle, il faut que tous ses éléments possèdent une justesse de situation, de dimensions, de formes et de couleurs. » Cette couleur, on la retrouve également dans la cathédrale de la Sagrada Família, qu’il considérait comme l'œuvre de sa vie. A l'image des cathédrales gothiques dont il s'est en partie inspiré, le chantier de la Sagrada Família dure depuis plus d'un siècle. Commencé en 1882, on estime qu'elle sera entièrement achevée entre 2025 et 2030. Selon les vœux de Gaudí, le financement de la cathédrale est entièrement privé ce qui explique en partie le rythme relativement lent de la construction.

 

barcelona antoni gaudi

 

Les deux expositions universelles organisées à Barcelone en 1888 et en 1929 ont également apporté un sang nouveau à la ville. L'Arc de Triomf et la colonne Christophe Colomb sont les monuments les plus célèbres de la première exposition. La colonne du navigateur génois fait face à la mer et termine l'avenue de Las Ramblas, qui est le centre névralgique de la ville. Cette avenue longue d'un kilomètre sept cent est jalonnée de kiosques à journaux, de fleuristes, de bars et restaurants ainsi que de nombreux commerces. Elle est aussi connue pour ses nombreux mimes (photo ci-dessous) et son magnifique marché couvert de La Boqueria. L'exposition de 1929 a permis de réaménager la colline de Montjuïc ainsi que deux grandes places de Barcelone : plaça de Espanya (proche de Montjuïc) et plaça de Catalunya (qui prolonge Las Ramblas). C'est d'ailleurs pour cette exposition que le Stade olympique de Montjuïc, fut construit avant d'être rénové en 1989 pour la tenue des Jeux Olympiques de 1992.

 

mimes las ramblas barcelone


Avec ce troisième et dernier article consacré à la ville de Barcelone, nous espérons que vous aurez un meilleur aperçu de la cité catalane. Barcelone, ce n’est pas seulement un club de football, c’est une ville très dynamique, notamment dans le sport, mais c’est aussi et surtout une ville avec une forte identité. L’article sur la culture catalane, et celui-ci sur l’art architectural vous en auront surement convaincu. Il ne vous reste maintenant plus qu’à (re)visiter la cité catalane…


Publié dans Barcelone 2010

Commenter cet article