Championnats d'Europe d'athlétisme 2010 - 2nd volet consacré à Barcelone : la culture catalane

Publié le par Demi-fondu74,

Barcelone, qui accueillera les championnats d’Europe d’athlétisme cet été, est non seulement une ville espagnole, elle est également la capitale d’une région un peu particulière. La Catalogne, empreinte d'une forte identité, mérite qu'on s'arrête un instant sur elle lors de ce second volet consacré à Barcelone.

els castells

Les catalans sont fiers de leur culture à tel point qu’ils se considèrent catalans avant d'être espagnol. La langue catalane apparait comme un élément important de cette culture. Un peu plus de dix millions de personnes comprennent le catalan et près de cinq millions l'utilise quotidiennement. Il s'agit de la langue officielle de la Catalogne aux côtés de l'Espagnol (Castillan) et de l'Aranais, un dialecte de l'occitan. Les autorités catalanes tendent à accroitre l'usage du catalan. Par exemple les panneaux routiers sont en catalan, l'enseignement à l'école primaire est dispensé dans cette langue et les entreprises doivent fournir leurs informations en catalan sous peine d'amende. Si les catalans restent tant attachés à leur langue, c'est aussi à cause du fait que celle-ci ait été interdite en public sous la dictature de Franco de 1939 à 1975. Interdite dans les livres, documents et manifestations culturelles, elle restait cependant très parlée.

La Catalogne n'est pas une région espagnole comme une autre. Elle possède en effet un statut d'autonomie qui lui permet d'avoir un gouvernement (La Generalitat) et un parlement propre. Elle possède aussi son code civil et décide de la levée des impôts. Malgré les statuts d'autonomie de 1979 et 2006 qui accordent une grande décentralisation des pouvoirs et qui reconnaissent les catalans comme une nation, des indépendantistes souhaitent la création d'un Etat catalan. Des référendums non officiels ont d'ailleurs fait émerger un oui massif pour l'indépendance de la Catalogne et l'intégration de fait dans l'union européenne. Si beaucoup de catalans souhaitent être indépendants, c'est aussi parce qu'ils ne se sentent pas toujours très appréciés par les autres espagnols. Une certaine rivalité existe par exemple avec la capitale espagnole, Madrid, qui s’exprime dans les domaines économiques, artistiques et sportifs… En étant la région avec le plus fort PIB en Espagne, la Catalogne paye plus de taxes qu'ailleurs alors qu’elle voit que l’Etat n’investit pas de la même manière dans les infrastructures de la région.

Economiquement, la Catalogne pèse près de 20% du PIB espagnol. Les secteurs du tourisme (avec notamment la Costa Brava et la Costa Dorada), du bâtiment, de l'industrie sont les plus développés. Le secteur bancaire est aussi très présent. Les caisses d'épargnes sont le moteur du secteur bancaire catalan avec entres autres Caixa Catalunya et La Caixa, première caisse d'épargne en Europe. Le secteur portuaire a aussi une place importante, puisque Barcelone est le premier port de la Mer Méditerranée. Une Catalogne libre (« Visca Catalunya Lliure! ») serait viable économiquement sans nul doute et il est possible que dans les années futures, la Catalogne soit l’un des prochains Etats créés en Europe.

Au delà de leur langue, les catalans ont des traditions centenaires. Le folklore catalan est riche d'une danse traditionnelle se nommant la Sardane. Les danseurs forment un cercle en se tenant la main au son de tambourins et d'instruments à vent. On trouve également les Castells, véritables châteaux humains, qui requièrent de la solidarité et de la confiance entre partenaires. Des équipes (les colles) provenant des nombreuses villes catalanes s'affrontent pour monter le château le plus haut possible. L'origine de ces castells remonterait au Moyen-Âge lorsque des éclaireurs employaient cette méthode pour mieux apercevoir l'ennemi.

els-gegants.jpg

Le folklore catalan est à son apogée lors de la fête nationale de Catalogne, La Diada, qui est célébrée le 11 septembre pour la commémoration du Siège de Barcelone en 1714, durant la guerre de succession espagnole, qui a vu la Catalogne perdre toute forme d'autonomie. Les couleurs rouge et or que l'on retrouve sur le drapeau de la Catalogne (la Senyera) sont de sortie à cette occasion dans les rues et sur les balcons. La pyrotechnie est très présente lors des défilés de diables au moment des fêtes de la Saint Jean ou lors de la fête nationale, on appelle ces feux de joie des carrefocs. Lors de ces fêtes on peut également apercevoir les parades traditionnelles de géants de Catalogne (els gegants) ou de grosses têtes (els capgrossos).

L'hymne nationale de la Catalogne a été composée par Francesc Alió en 1892 et écrit par Emili Guanyavents : « Els Segadors » (les faucheurs). Interdit sous la dictature de Franco, il fait référence au soulèvement populaire catalan au 17e siècle contre l'augmentation des taxes qu'imposait Felipe IV pour financer la Guerre de Trente Ans.

L'art trouve également une grande place dans la culture catalane. L'architecture en est peut-être le meilleur exemple. Dans le nord de la Catalogne, on peut remonter à la période romaine, où l'on trouve le splendide site archéologique d'Empuries. La Catalogne a été un lieu faste pour l'art roman et l'art gothique, avec pour illustrer ce dernier un quartier célèbre de Barcelone, le Barri Gòtic. Plus récemment, les architectes Antoni Gaudí et Lluís Domènech i Montaner ont marqué de leur empreinte le style architectural de Barcelone. Nous reviendrons plus longuement dans un prochain article sur l'architecture de la cité condale. Concernant la peinture, la Catalogne a accouché de peintres majeurs du vingtième siècle. Le plus célèbre, le plus exubérant, le plus énigmatique, c'est Salvador Dalí, qui a inauguré son propre musée, « son mausolée », en 1974 à Figueres, dans le nord de la Catalogne. Une autre figure emblématique du surréalisme qui est née en Catalogne est Joan Miró. On peut retrouver une mosaïque de ce dernier sur la Pla de l'Os au cœur de las Ramblas (photo ci-dessous). Antoni Tàpies est également un peintre catalan de renommée internationale. Enfin, le cubiste le plus célèbre de l'Histoire, Pablo Picasso, même s'il n'est pas catalan, a entretenu une relation particulière avec la Catalogne qui l'a inspiré lors de ses débuts artistiques, notamment pour les Demoiselles d'Avignon.

mosaique ramblas miro

Enfin la tradition culinaire catalane, peu connue hors de ses frontières, est aussi très développée. Beaucoup de plats sont à base de poisson et de fruits de mer. Voici quelques spécialités : Pa amb tomàquet (tranches de pain avec des tomates, de l'ail et de l'huile d'olive), Calçotada (espèce d'oignon cuit sur des braises), les Mar y Muntanya (plats où l'on mélange des crustacés et des viandes), Fideuà (sorte de paella mais avec des vermicelles à la place du riz) et en dessert la crema catalana. Notons un plat assez surprenant mais très appétissant, le lapin au chocolat.

Avec ces dernières lignes, nous espérons vous avoir mis en appétit pour découvrir plus amplement la culture catalane…

Publié dans Barcelone 2010

Commenter cet article

Marc Sabatés i Laporta 06/10/2010 11:33



Je suis Catalan , ni espagnol , ni français , nous avions un parlement avant l ' Angleterre qui eux ont compris avec les Ecossais .